Info: S'inscrire sur le forum, c'est recevoir automatiquement LE djaurnal complet en newsletter !
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [deuxième concours du djaurnal] Les récits.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
sosolyne
Invité



MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Sam 9 Juin - 12:03

je vais juste dire a titre informatif que je suis siara de raval Exclamation

[edit Grizlours]Oui effectivement ce concours ne concerne que la communauté Djaulienne,
mais le même un jour peut etre sur Raval? qui sait Wink
Revenir en haut Aller en bas
Foudre
Crieur
Crieur
avatar

Nombre de messages : 275
Age : 28
Personnage(s) : Foudre ; --Tornado--
Métier(s) : Boulanger, pecheur, bucheron, alchimiste, paysan, bricoleur.
Obsession(s) : Savoir que faire pour les Events.
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Sam 9 Juin - 14:31

Raval... et on est sur Djaul comme le dit le DJAULrnal, bref, je sais pas si tu peut participer Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dar-Qarn Sombrecorne
Correcteur
Correcteur
avatar

Nombre de messages : 394
Personnage(s) : Darkarn, Spiritae, Midi
Métier(s) : Psychopathe
Obsession(s) : Informations
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Jeu 14 Juin - 5:36

[Filgar Feel, par Darkarn]

Ah, tiens, encore un autre hurluberlu qui se croit plus malin que moi !

Ils sont tous si curieux qu'ils ne prennent pas le temps de m'écouter… Ils me répondent tous la même chose : « Je parie ! » Ils ne voient pas qu'ils n'ont rien à gagner, et de plus, personne ne connait Wiss Catz. D'ailleurs, je ne me souviens plus d'où je l'ai connu, celui-là, si c’était le cas.

Quand j'y repense, tout sur moi est calculé. Sauf peut-être la cicatrice que je me suis faite accidentellement, ou non, volontairement, ou… Et puis, ce qui passe le mieux... Et après, le hasard n’est qu’une forme aléatoire de calculs précis. Mais encore là, ça me donne un style particulier, comme un… un ancien, à qui tous doivent le respect.

On sait tous que les chats sont joueurs, et comme je suis le gardien du temple d’Ecaflip, il y a toujours quelques passants qui viennent me défier. C'est pourquoi je me garde toujours bien dissimulée sur moi, une carte de chaque type… Au cas… après tout, si j'ai été choisis, c'est parce que j'ai su qu'avec le hasard, tous sont égaux. Si on ajoute un petit détail de bluff, on prend le dessus. C’est la discipline d'Ecaflip, quoi !

La carte en dessous de mon ventre, ça fait typique symbole masculin. Je possède plusieurs cartes de carreau, ça passe mieux, et je fais croire qu'il s'agit d’une tunique carreautée ! Et je garde celle de cœur dans mes mains, personne ne pose jamais de question dessus, mais, inconsciemment, ça met le client en confiance. Ah oui, j'oubliais, celle de trèfle… Évident non ? Le client m’en apporte toujours un, c'est la condition pour jouer. Je n'ai qu'à le glisser sur une carte.

Mon gros dé… Non truqué bien sûr, car jamais un Ecaflip sensé ne se promènerait avec un dé trafiqué sur lui, imagine qu'il se fasse prendre ! Voyons, mes dés truqués sont cachés dans le tiroir, là.

Et ça s'appelle le bluff.

Au fait, à qui je parle moi ?... À moi bien sûr, qui n'est plus digne de cela que soi.

Ah et quand je les vois arriver avec leurs trèfles, j'ai le goût d’éclater de rire ! Surtout quand c'est un autre Ecaflip. Ils essaient toujours de me tromper, le premier coup. Ensuite, ils arrivent avec un trèfle, un vrai, et croient que parce que j'ai su savoir qu'ils mentaient la première fois, ils sauront si moi, je leur indique réellement le chemin pour se rendre à cet Ecaflip… Que personne ne connait. Ça me confirme que je resterai encore bien longtemps gardien du temple.

Il y a longtemps, je me souvenais de celui qui était là avant moi. C'est lui qui m'a tout appris ce que je sais. En fait, non, c’est faux, il m'a tout appris ce que lui savait... Très différent, c'est bien pour ça qu'il n'est plus là. Justement, si ça avait été le cas, je ne serais plus là, moi non plus.

C'est un peu pour ça que je n'enseigne jamais rien aux petits chanceux qui réussissent à me trouver. Mieux vaut bluffer et faire croire à la vérité que dire la vérité sur le bluff !
Dans le temps, le temple n’avait qu'un étage. Et comme c'était une simple baraque au-dessus d'une rivière, personne n'envisageait que cela pourrait être différent.

Moi, j'ai réussis à faire autrement, par quel hasard… et sacrifices à mon cher dieu. Bien sûr, j'ai dû me procurer l'aide de certains disciples d'autres dieux, la connaissance des plantes et de la cueillette, ce n'est pas mon fort. Et de toutes manières, ce ne sont pas tous les Ecaflips qui désirent se séparer de leurs porte-chance. Chacun son obsession, les porte-poussières, les porte-bouquets, les porte-aiguilles, les portefeuilles, les porte-jarretelles…

Vous vous demandez comment on peut rentrer trois étages ainsi hein ? Moi aussi je me le demande, un coup de chance je suppose.
Tiens je recommence à me parler tout seul…
Mais qu'importe, j'aime mieux ne pas m'aventurer dans les étages inférieurs, des fois, on ne sait jamais, que ça disparaîtrait sur un coup de poisse. En même temps, ça me débarrasserait de tous ceux qui ne cessent d'apporter du trèfle pour se faire pointer l'escalier inférieur.
Les deux qui se prennent pour ce qu'ils sont, sur les étages inférieurs, sont les Ecaflips les plus malins qui aient visité mon temple, après moi évidemment, puisque sinon ils seraient à ma place en ce moment.

Mais j'aime bien la première, celle qui a un air de famille avec Grizmine, Félina quelque chose comme ça. Elle a comprit le principe du bluff, c'est pourquoi elle raconte à tout le monde que les Ecaflips utilisent leur force et se battent à fleur d'épée. C'est sûrement moi qui l'aie influencé, mais elle a au moins assimilé la base.
La force des Ecaflips, c'est la ruse. Une combinaison de chance, d’intelligence, de subtilité et d'un sentiment de puissance. Et leur arme, c'est la fleur de trèfle. La pointe n'est que l'endroit par où le tenir.
On peut tout faire avec un trèfle.
Est-ce que vous pouvez vous préparer une boisson droguée avec une épée ?

Hey ! Qui es-tu toi ?

Tu veux me vaincre avec ce trèfle !?

Tiens, la sortie est de par le fond de cet escalier, là…

_________________
J'ai souvent vu un chat sans un sourire, mais jamais un sourire sans un chat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daifence



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 04/07/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Jeu 14 Juin - 21:57

Hugo Bélo (par Daifence)



Hugo Bélo était un berger Féca ambitieux. Il passait plusieurs heures par jour à s'entrainer avec ses Bouftous, il leur ordonnait de l'attaquer pour tester sa résistance. Avant, il essayait de mieux maîtriser son bâton sur eux, mais à plusieurs reprises il avait éjectés les pauvres bêtes sur le toit de sa maison, on les retrouvait empalés sur la TofuGirouette perché sur le toit de la maison.

Un jour de tonte de laine, Hugo sentit une présence étrange en même temps que le vent se levait et que les nuages couvraient le soleil... Il se retourna et eu une vision d'horreur, il vit des flammes s'élever de là ou se tenait un petit village au loin. Hugo aperçut une silhouette étrange qui venait tout droit vers lui... Son sang ne fit qu'un tour, il se précipita vers sa petite maison, donna un grand coup de pied dans la porte - sauf qu'il avait oublié que la porte s'ouvrait vers l'exterieur - pris son bouclier et sa viandeauboûtdubaton comme il appellait ça, resortit, attira ses Bouftous avec la viande tandis qu'il vit la silhouette approcher à toute vitesse vers lui... Il manquait une dizaine de bouftous quand il le vit...
<<- Un Minotoror !!>>

La silhouette n'étais que le terrible Minotoror qui terrorisait les paysans et les bergers. Il disait que son but était de "Groumpgraouwougromphgrrrrrrr", ce qui était explicite comme c'était ce qui l'amenait chez le pauvre Hugo. Le Minotoror semblait avoir pour cible les quelques Bouftous restants mais il aperçut quelque chose qui reporta son attention...
Il fit un grand saut plutôt grâcieux pour une créature d'un poids pareil et goba en un seul coup la viande vieille de quatre ans et six mois, le bâton qui va avec manquant d'avaler la main d'Hugo au passage.
<<- Minotoror ! Retournes d'où tu viens !
- Grahooograou !! >
Sur ce refus très charmant accompagné de postillons de viande, le Minotoror chargea sur un bouftou et l'embrocha avec sa corne. Vu la tête qu'il faisait, il voulait sûrement le prendre en casse-croûte mais ça doit pas être facile de gérer dix tonnes de graisse.

Hugo qui commençait à réagir lança un caillou sur le Minotoror. Ceci eût un effet imprévu, le caillou tomba sur la jambe de la bête qui tituba et tomba au sol comme une bouse de Bouftou. Hugo profita de ce geste pour prendre son couteau à viande chez lui (sauf qu'il fit la même erreur de donner un coup de pied dans la porte) et il le lança de toutes ses forces sur le tas écrasé au sol. Comme un berger a toujours une bonne vision pour surveiller son troupeau, le couteau tomba juste sur le coeur du Minotoror. Mais quand on s'y connaît pas, on fait pas ! Le couteau faisait six centimètres de longueur et le coeur du Minotoror est au moins à deux mètres derrière sa peau.

La créature déjà bien énervée piqua une colère encore plus grosse, se releva d'un bond et il commença à ouvrir son sac mysterieux qu'il emmène partout avec lui...
Il en sortit trois Tofus qui piaillaient et les lança sur Hugo qui eût le bon réflexe.
<<- Armure Terrestre ! >>
Il se prit un Tofu dans la face, un dans l'estomac, un... quelque part.
Bien qu'ayant fait un sort de protection, il sentit tout de même le coup passer et il eût un vertige. Il chancela vers le sac que portait encore la bête imposante et réussit à lui arracher des mains (quelle fillette ce Minotoror !). Reprenant ses esprits il regarda dans le sac et vit... Un trou sans fond. Un éclair lui passa dans la tête. Comment éliminer une créature farfelue avec une arme farfelue? En ayant une idée farfelue bien sûr.

Il appella tous ses Bouftous pour les prendre un par un en les empilant l'un sur l'autre.
Il essaya tant bien que mal de monter sur eux mais ils tenèrent bon. Le Minotoror qui est lent d'esprit cherchait ou se trouvait le jeune Féca. Le temps de comprendre, Hugo sauta sur lui et lui mis le sac sur la tête.
Le bruit était assourdissant, il devait y'avoir un million de Tofus qui sortait du trou sans fond dans le sac se percutant sur le crâne du Minotoror qui commença à courir de partout. Après un rugissement,
<<- WOUAAAAAAAAAAAAARGGGGRGRRRROOOOOOOH >>
le Minotoror, créature invaincue depuis des lustres, s'écroula par terre toujours avec son sac sur la tête et tous les Tofus essayant de sortir mais qui ne faisaient que perforer le crâne du Minotoror en voulant partir.

Hugo retournait sur la terre ferme. Il comptait appeller les autoritées Amaknéenes quand il aperçut quelque chose à l'emplacement du coeur du Minotoror.

Depuis ce jour, Hugo Bélo est connu comme celui qui a tué le Minotoror seul et qui a retiré un Oeuf des entrailles de la bête. Le Dofus Pourpre.
Sa maison devient finalement le Temple Féca ou viennent tous les Fécas d'Amakna afin de s'entraîner dans la maison-temple du possesseur d'un Dofus.

~Fin~


Dernière édition par le Ven 15 Juin - 21:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foudre
Crieur
Crieur
avatar

Nombre de messages : 275
Age : 28
Personnage(s) : Foudre ; --Tornado--
Métier(s) : Boulanger, pecheur, bucheron, alchimiste, paysan, bricoleur.
Obsession(s) : Savoir que faire pour les Events.
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Edrige Valling   Ven 15 Juin - 12:27

Ma vie, Mon Œuvre…

Tout débuta en l’an 598.
Moi petite craette de père sram et de mère eniripsa, je vînt au monde le 15 Maisial de cette année 598.
Différentes des autres de ma race, certes plus agile et plus jolie, je ne me sentait mal a l’aise dans ce milieu de personnes qui se disaient « intelligentes » et donc supérieur a moi.

Bref passons sur cette époque peu intéressante, pleine de tristesse, de vol et de meurtres.
C’est quelques années après, que un jeune iop au nom de Ruhtra, splendide par sa carrure , fort comme un craqueleur, idiot comme moi, vînt me rencontrer sous mon pommier préféré et m’offrit un cadeau.

« Je t’aime » me disait t’il avec sa voix douce et mélodieuse.
Dès lors on ne se quitta plus et …
Mais qu’est-ce que je te raconte, va voir ailleurs si j’y suis, comme si tu devait tout savoir sur moi, et puis quoi encore, tu veut une pomme dans la tronche !?

Hum… Bon parce que t’es comme moi, pas intelligent, donc que tu pigera rien, je vais continuer un peu, mais je te prévient, si tu fait mine de comprendre je t’embroche, compris !?

Où en étais-je ? Ah, donc une fois que j’étais avec ce iop, il m’appris comment devenir fort comme lui. On venait de se faire une jolie petite maison tout en bois, jolie comme moi et solide comme… heu je ne sais pas. Passons, car tout de façon tu pige rien.
En l’an 600, Alister, notre beau et gros roi bien aimé sorti des cuisines du château et sur la place publique il annonça :

«Oyez Oyez, Aujourd’hui, le 14 maisial de l’an 600, J’ai le privilège de vous annoncer (ben oui il fallait bien qu’il fasse un truc pour se faire remarquer) que nous allons designer nos différents champions dans les catégories suivante :
- Médecine - Protection - Repérage -Tir a l’arc - Elevage -Jeu de cartes - Jardinage
- Lancer de pièces - Horlogerie -Test de force - Dissection
Les activités commenceront demain, avant tout nous allons célébrer cela autour d’un grand banquet dans mon château apres vos inscriptions, Merci »

Apres ce discours, je fus toute folle, j’allais enfin pouvoir montrer à ce monde de quoi j’étais capable. Et arrête de penser que je suis nulle!!
J’ai donc écris mon nom dans la catégorie Repérage mais je ne fut pas prit, alors j’ai décidé de prendre Médecine pour suivre la voie de ma mère mais ils refusèrent aussi et me forcèrent a choisir Tir a l’arc, En fait non parce que ils me voulaient la, mais parce qu’il n’y avais plus de place ailleurs.

Quand a mon petit ami Ruhtra, il a choisi le Test de Force, ce qui me paru normal.
Il vînt me voir avec le dîner, et me dit que c’était le moment de ouvrir son cadeau qu’il m’offrit quelques années auparavant.
Il s’agissait d’un arc, tu te rend compte, un arc alors qu’il pensé que c’était une aiguille pour la médecine quand il m’a rencontré, quand même ! Mais à vrai dire, même toi ferais l’erreur car c’était fait d’une ficelle et d’une tige en bois.

Le jour suivant, je parti donc pour le Tir a l’arc.
Sur place, on pouvait voir plein de gens, presque comme toi, tous identique, moche et certains hommes mal rasé, des femmes minces sans poitrine, bref, des gens comme aujourd’hui.
Puis commença le concours, il s’agissait de tirer une flèche, Oui tu va me dire facile mais a cette époque j’avais stoppé de tirer a l’arc depuis que j’ai amocher la jambe de mon père.
Donc on devait tirer une flèche sur une cible bleu, blanche et rouge de petite taille à une distance de 10 500 pattes de mouches.
Je ne commençai que en dernier, certains étaient très fort, comme le iop qui avait totalement traversé l’arbre a coté de la cible, certains trichaient comme les eniripsa qui utilisaient un sort de portée, mais peu d’entre eux avaient touché la cible, seul un ecaflip grâce a sa pièce pile ou face réussi a toucher la partie blanche, et un enutrof le bas de la cible par un coup de chance.
Le concurrent avant moi toucha aussi la cible, non loin du centre, pas dans le rouge mais cela suffisait pour qu’il gagne.
Ce fut mon tour, je m’approcha de la ligne de tir, je sorti mon arc, un arc petit que je nomma Mulic Bere, voulant dire Multi bois.
J’ajustai mon tir, je me mis en position pour tirer lorsque tout d’un coup, mes cheveux me tombèrent sur la tête ce qui me fit éternuer et la flèche parti si loin, dépassant la cible et disparu derrière la colline.
Ma vie été finie, je n’étais plus rien, un débris de la nature, qui ne savait même pas tirer convenablement à l’arc, un déchet provenant d’une mixture de deux races.

Je parti donc chez moi, et j’y trouva Ruhtra, pendu… par les pieds. Lorsque je le détachasse il me dit qu’il voulait se suicider car il avait raté l’épreuve, bien que je ne comprenne pas comment il pouvait mourir dans cette position.

Le soir même, les résultats furent afficher, et, Tu va pas me croire, je fini champion de ma catégorie, j’avais touché en plein centre la cible de la catégorie Lancer de pièce a l’autre bout de la plaine et ils considère que cela suffisait.

Ainsi je construisis un temple a coté de ma maison, à l’effigie de ma race, et en même temps avec l’autorisation du roi Alister, construisis un autre pour mon ami iop juste a coté. Faut dire que il avait des sous.

Voila tu sais tout.
Le reste est une autre histoire, que peut être tu aura le droit de savoir si tu devient intelligent.

Edrige Valling



(Foudre: j'ai pas compris ce que tu voulais dire par [url]texte[/url] donc j'ai fait un copié collé^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yor

avatar

Nombre de messages : 10
Personnage(s) : Iop bourrin.
Métier(s) : Droppeur professionel.
Date d'inscription : 02/04/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Ven 15 Juin - 13:24

Voici, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, la véritable histoire de l'avènement de Setag, gardien du temple Enutrof.

Nous sommes en l'an 568, et l'on vient de poser la dernière pierre (précieuse, évidemment) qui fera office de cheminée tout en haut du temple. Tout les disciples et ouvriers qui ont travaillé à l'ouvrage ont le baume au coeur. Mais il reste le plus important : Trouver la personne qui sera apte à garder efficacement ce haut lieu de richesse culturelle.

C'est Edmondo Peule, seul énutrof de la contrée passé maître dans l'art du dressage de Doppeuls, qui eut cette lourde tâche. Il décida de convoquer l'intégralité des disciples Enutrofs sur le lieu d'où toutes les matières premières avaient été puisées pour la construction du temple : l'île de Borkhon. (L'on dit que quiconque restait trop longtemps sur cette île devenait un peu con sur les bords, et franchement au milieu. C'est pourquoi cette île a depuis été desertée et son lieu gardé secret, après bien entendu que les Enutrofs aient fini de piller toutes les ressources qu'elle contenait.)
Edmondo eut une brillante idée. Il organisa un concours, et le gagnant de ce concours se verrait offrir la place de gardien du temple. L'idée du concours était pour le moins simple mais fichtrement bien pensée : de tout les énutrofs d'Amakna et des environs, celui ou celle qui poussera le cri le plus terrifiant sera promu au rang de gardien, car le plus enclin à faire fuir tout visiteur inopportun.


Se succédèrent alors des milliers et des milliers d'énus, passant chacun leur tour sur un petit podium bringuebalant construit à cet effet. L'on entendit de tout durant les 3 premiers jours !
Durdeuh, dit "La feuille" poussa un cri digne d'un boufton agonisant. Il devint la risée de ses frères.
Boissan-Souaf et Sekui tentèrent un magnifique "A BOUARE !!" pour l'un et "A TABLE !!" pour l'autre, ce qui eut l'effet inverse de celui désiré, et tout le monde approcha.
La plupart du temps, les cris poussés n'étaient même pas suffisamment impressionants pour porter jusqu'au bout de la foule, qui s'impatientait. Mais finalement, certains sortirent du lot.
Impoloko par exemple, eu la bonne idée de crier un sublime "DERRIERE VOUS ! Un percepteur du FISK!" qui fit fuir bien plus de la moitié des personnes présentes. (Rappelons que le FISK est la Fondation des Impôts Sur Kamas).
Madine Taille-Wan annonça la fermeture définitive de la fabrique de sac à dos, ce qui fit fondre en larmes tout les futurs pères qui ne pourraient plus offrir leur premier sac à leurs rejetons bien aimés.
Mais même si beaucoup usèrent de divers stratagèmes pour se frayer un chemin vers le poste tant convoité, personne ne fut retenu, car la ruse ne fonctionne qu'un temps.

C'est alors qu'un frêle énutrof, chétif, portant des lunettes et marchant malhabillement, prit place. Les rares personnes encore présentes ne purent s'empêcher de pouffer en s'imaginant un cri digne d'un piou aphone. Mais une chose incroyable se produisit : L'on vit l'énutrof prendre une énorme bouffée d'oxygène, si grande raconte-t-on, que sa cage thoracique fini par apparaître à travers ses vêtements. Lorsqu'il ouvrit la bouche, un râle sourd et strident à la fois fit trembler le pays tout entier. Les personnes qui s'étaient pressées au premier rang par amusement pour espérer entendre un quelconque cri de ce chétif bonhomme furent projetées à plusieurs mètres de là. Les arbres plièrent, les monstres fuirent, le monde entier prit peur et tous les habitants de notre monde s'enfermèrent à double tour dans les maisons les plus proches. L'on raconte même que c'est depuis ce jour là que le Dragon Cochon ne sort plus de sa grotte.

Setag, c'était son nom, fut promu immédiatement au rang de gardien du temple, et n'en fut pas détrôné jusqu'à ce jour. Si vous croisez aujourd'hui un énutrof qui semble dur de la feuille, vous saurez maintenant que cela n'a rien à voir avec l'âge : ce ne sont que les séquelles du terrible cri qu'un énutrof chétif poussa ce jour là sur l'île de Borkhon. Cette histoire est depuis connue de part toutes les contrées, et reste aujourd'hui la légende énutrof la plus racontée aux enfants. Je la tiens de Pycsou, mon grand-père, qui me racontait cette histoire chaque soir avant de m'endormir. J'espère qu'elle vous a plus. L'on fit même une chanson de cette histoire farfelue.

Moralité : "Setag à Borkhon gueule, gueule, Setag à Borkhon gueule le plus fort"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wiinry

avatar

Nombre de messages : 229
Age : 31
Personnage(s) : Wiinry & Mandoline
Métier(s) : Maitre de la chope en furie
Obsession(s) : twenty one !
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Ven 15 Juin - 22:02

Bonjour à tous,

je suis une disiciple d'Ecaflip, si je suis ici ce n'est non pas pour vous compter mes histoires, pour vous dire à quel point je suis vaillante, habile au combat, belle, modeste, mais pour vous compter l'histoire plutôt ... "orginale" dirai je de ceux que l'on nomme communément "Gardiens des Temples", et en particulier l'histoire de l'un d'eux ...

Vous l'aurez sans doute devinez je vais vous compter l'histoire du gardien du temple ... *entends un spectateur crier "Ecaflip" , et bien ... non, je vais vous compter l'histoire d'un très vieil ami qui habite à présent dans le temple ou se reccueillent nos amis les Pandawas.

Pour comprendre la raison qui me pousse à vous compter cette histoire, sachez que j'ai été élevé sur l'ile de Pandala et que ce très cher Pandawa, qu'est Pandiwan Kenobi, est mon ami d'enfance, c'est pourquoi il me tient à coeur de vous raconter son histoire, ou plutôt en partie, notre histoire.

Citation :

Tout commence il y a bien longtemps, combien d'année se sont écoulées depuis je ne saurais vous le dire, mais il y a bien longtemps, alors que Pandala n'était qu'une magnifique ile préservée de la folie des aventuriers, vivait le peuple Pandawa dans une communion parfaite avec la nature, rappelant un peu la philosophie enseignée par Sadida à ses disciples, ce peuple pacifiste avait néanmoins acquis une grande expérience dans les arts du combats, en particulier le combat à main nue dans un état d'ébriété avancée.

Sur cette ile vint au monde un jeune Pandawa qui fut nommé par sa tribut "Pandiwan", ce jeune Pandawa descendant du guerrier Pandawa "Jaydhail" avait deux soeurs, dès son plus jeune age leur père décida de les faire s'entrainer au Dojo principal de l'ile afin qu'ils deviennent tous des guerriers aguéris.

Douze longues années s'écoulèrent faisant de notre ami Pandawa un guerrier toujours plus émérite, mais un jour ... une rebellion éclata à Pandala, las de la nonchalance du Granpapan certains Pandawa décidèrent alors de mettre fin à son règne en lançant une grande offensive contre le palais de celui ci ...

La garde du Granpapan et ses amis et proches, ainsi que tout ceux qui le respectaient, décidèrent alors de le protèger le vénérable Granpapan de cette aggression injustifiée à leur yeux.

Alors que le combat faisait rage à Pandala et que la famille de Pandiwan se trouvait alors loin du Palais du Granpapan, un messager vint trouver Jaydhail pour l'implorer d'apporter son aide au Granpapan, mais ce n'est pas tout, le messager apporta une jeune disciple d'Ecaflip trouvé sur le champs de bataille, qui était alors inconsciente. Jaydhail pria les siens de bien s'occuper de la jeune Ecaflip, pendant qu'il partait au front aider les siens.

Après quelques heures à avoir chevaucher son Yokai apprivoisé, Jaydhail arriva sur le champs de bataille, c'est alors qu'un des gardes du Granpapan cria "Regardez tous ! voici le retour de Jaydhail", lespoir sembla revenir parmis les protecteurs du Granpapan qui réussissèrent alors à repousser les aggresseurs, mais non sans mal car le valeureux Jaydhail disparut alors qu'il tentait de rejoindre la réserve de bière pour récupérer des forces.

Quelques années passèrent, Pandiwan et la jeune Ecaflip s'entrainaient chaque jour aux arts de combats Pandaliens et à la dégustation de breuvages fermentés afin de chaque jour s'améliorer.
Jaydhail n'était toujours pas réaparrut, Granpapan décida alors de convoquer son fils, Pandiwan maintenant agé d'une vingtaine d'année. Celui ci se rendit alors au palais du Granpapan.

Arrivé la bas celui ci lui dit :

"Jeune Pandiwan, je sens que ta maitrise du combat, de la bière et de nos autres "spécialité" sont très puissantes chez toi, très valeureux tu es ..."

La Granpapan s'écroule par terre, un conseillé lui amena alors une fiole de Pandiburg et il repris alors ses esprit

"Excuse moi jeune Pandiwan, la chaleur me fait défaillir, bien je vais te dire les raisons de ta venue ici"

"Je vous écoute Ô Granpapan" dit alors Pandiwan

"J'ai appris qu'il y a quelques années de cela vous avez reccueilli une disciple d'Ecaflip n'est ce pas ? "

"Oui" répondit Pandiwan

Le Granpapan s'affala de nouveau par terre, un conseiller vint, lui botta le derrière et dit "si vous voulez de la bière pas la peine de faire tout cette comédie !" lui dit il en lui versant la bière sur le visage.

Le Granpapan se releva et dit d'un air géné "Excuse moi, mon amour pour nos boisson locale me fait défaillir, autant que la vue d'une jolie Pan.... je m'égare."

"..."

"Je souhaiterai que Pandala s'ouvre au monde extérieur, les événements d'il y a quelques années m'ont fait comprendre que nous ne pouvons plus nous suffire à nous même, or j'ai entendu que des aventuriers du continent de l'ouest sont entrain de batir un pont qui s'achèvera sur notre ile, j'aimerai qu'une fois ce pont établi, que tu ailles sur ce continent pour y batir un temple ou nos frères et soeurs Pandawa pourraient venir se ressourcer et pour permettre aux aventuriers de découvrir notre culture"

"Bien, mais quel est le rapport avec l'Ecaflip que nous avions reccueilli ?" rétorqua Pandiwan

"Elle doit bien connaitre le continent ou tu dois te rendre, elle te sera d'un grand secours le temps que tu t'habitues aux coutumes locales"

"Je me prépare sur le champs Ô Granpapan"

Le Granpapan tendit deux tonneaux à Pandiwan et lui dit "Prends ses deux tonneaux avec toi, ils sont enchantés par la Déesse et t'aideront dans ton périple. Ces tonneaux ne seront jamais vide, prends en grand soin en de mauvaises mains ils peuvent conduire au pire !"

"Bien Granpapan, j'en prendrai grand soin, j'en confierai un à Wiinry, la jeune Ecaflip que nous avons reccueillis" répondit Pandiwan

"Que la bière soit avec toi jeune Pandiwan, montre toi digne de ton père Jaydhail."

Alors qu'il était en chemin, Pandiwan se fit attaquer par ceux que l'on nomme les Pandikaze, ces bandits qui en veulent au Granpapan, se battant mieu dans un état second, Pandiwan décida alors de gouter le breuvage contenu dans un des tonneaux ... il ne tarda pas à être dans un état d'ébrièté avancé après avoir picolé de la sorte, alors qu'il tentait de lancer son arcane favorite qu'il avait baptisé "Poing enflammé", il rata son coup mais un étrange spectre apparut et mis l'aggresseur en déroute. C'était un Pandawa, plutôt agé, il s'agissait en fait du fantôme de son père, il compris alors que l'alcool contenu dans ce tonneau permettait de contacter spirituellement d'anciens guérriers Pandawa. Encore sous l'effet de l'alcool qui pétillait encore dans son ventre il nomma cette arcane "Lien Spiriteux" au lieu de "Lien Spirituel" ...

Il s'endormit alors pendant quelques heures, lorsqu'il se réveilla, il se dirigea vers sa maison.

Pandiwan s'en alla cherché la jeune Ecaflip et ils partirent sur le pont fraichement achevé en direction de cette région que l'on nomme Amakna afin d'y installer un temple donc Pandiwan s'occuperait.


Voila mes amis c'est ainsi que j'ai fait la connaissance de Pandiwan et que mon très cher ami est devenu gardien du temple qu'il a lui même batit à la demande du Granpapan.

Quant à savoir ce qu'il est advenu de nos tonneaux, cela reste un secret entre nous.


(histoire par Wiinry)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eutopia.bbactif.com/
yume
Redacteur
Redacteur
avatar

Nombre de messages : 657
Age : 29
Personnage(s) : yume-na ; yure-ka
Métier(s) : Alchi
Obsession(s) : Cueillir des orchidées ! :D
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Sam 16 Juin - 0:30

Voici l'histoire de Setag, gardien du temple Enutrof, par yume-na.


Ce jour là, on pouvait lire accroché sur la porte du temple du dieu Enutrof un morceau de parchemin griffoné rapidement :

Citation :
[ Je suis sous l'Orme avec les enfants.
Setag]

Non loin de là, sous un Orme, se trouvait un petit groupe d'enfants qui s'amusaient. On pouvait distinger parmis eux une silouette plus âgée : Setag, le vieux gardien du temple. Il fumait sa pipe tout en somnolant.
Une jeune Eniripsa tira l'Enutrof de sa torpeur :

« - Dit Setag, comment tu es devenu gardien de temple ? Lui demanda-t-elle, secouant légèrement son bras.
- Comment ? Répondit Setag d'une voie endormie.
- Oh oui ! Renchérit un petit Osamodas, arrêtant de jouer avec son tofu. Raconte nous ton histoire !
- Je ne vous l'avais pas déjà racontée ? Bien bien, je vais vous conter mon histoire alors... »

Et tandis qu'il s'étirait, le reste des enfants vînt s'assoire à ses côtés, les yeux et les oreilles grandes ouvertes pour ne pas perdre une seule miette de l'histoire du vieil Enu.

« C'était il y a bien longtemps, quand je n'étais qu'un jeune et fougeux Enutrof »

Il eut un petit sourire avant d'ajouter malicieusement :

« Je n'avais que 107 ans à l'époque, et figurez vous que j'ai été le compagnon de route d'Allister ! »

Cette nouvelle déclancha des commentaires parmis les enfants,et ils redoublerent de vigilance, buvant chaque parole du compteur. Prennant un certain plaisir à les faire lenguir, Setag tira une bouffée de sa pipe et continua de remonter dans ses souvenirs. Il leur raconta comment il avait connu Allister, comment ils étaient partis vagabonder sur les routes d'Amakna avant de revenir au bercail et garder les troupeaux de bouftous. C'est avec un sourire en coin que Setag se remémora le jour où Allister arriva chez lui tout fou car la déesse Feca lui était apparue et lui avait annoncé qu'il sauverait Amakna des Démons pulluants sur nos terres.

« - Vous imaginez un pauvre berger complément dans les nuages sauver tout un pays ? Cela nous paru fou à l'époque, mais quand on sait ce qu'il est devenu... Souria-t-il.
- Qu'avez vous fait ensuite ? Demanda impatiement un Iop.
- Lui comme vous le savez surement, il a réussi à faire emprionner le grand démon Uk'Not'Allag' grâce à la ruse.
- Tu n'as pas aidé à la capture du grand démon ? Questionna un autre enfant, légèrement déçu.
- Si je l'ai aidé. Personne ne l'a sû, mais c'est en partie grâce à moi qu'Allister eut l'idée de sacrifier son troupeau de Bouftou afin de faire dormir les démons et prendre Uk' à son propre piège. Seulement, je ne l'ai pas accompagné jusqu'au château. J'ai préféré occir des monstres, le feu de l'action me manquait.
- Occir ? Demanda une Iopette, se gratant la tête pensivement.
- Tuer, combattre si tu préfères, expliqua Setag, son sourire ne le quittant pas.
- Et quels monstres as-tu combattu ?
- Oh beaucoup et de tous genres. Je suis allé chercher le Dragon Cochon, volé dans les plumes du Maître Corbac, semé la terreur chez les fantômes de l'île de Grobe, capturé des Dragœufs... Et je suis même allé défier le Dark Vlad dans son labyrinthe ! S'exclama-t-il, faisant de grands gestes. »

Les enfants étaient tout aussi passionnés que Setag, et le regardaient les yeux remplis d'admiration. L'Enutrof quand à lui semblait revivre ses combats, racontant avec moults détails chacuns de ses grands défis, ses plus belles victoires, argumentant son récit de multiples gestes, s'agitant dans tous les sens, mimant les attaques ou les montres. On aurait pu penser qu'il s'agissait d'un spectacle tant Setag bougeait. Lorsqu'il sembla avoir fini le détail de ses victoires, l'excitation et l'admiration étaient casiement palpables. Le gardien qui, dans son enthousiasme s'était levé, se rassit au pied de l'Orme, épongeant son front et respirant un bon coup. Il ralluma sa pipe et en tira une nouvelle bouffée quand l'Osamodas lui demanda :

« - Alors c'est en faisant toutes ces prouesses que tu es devenu gardien ? C'est grâce au fait d'avoir connu Allister, fait des combats de minotor que t'as réussi à le devenir ??
- Oh ça non ! Répondit Setag avec amusement. Je suis devenu gardien tout simplement parce que j'étais au chomage, trop vieux pour de nouveaux combats, trainant ma peau de taverne en taverne. Le fait d'avoir roulé ma bosse un peu partout ne m'a en rien aidé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shinzonosuika.frbb.net/
Sin-dee

avatar

Nombre de messages : 302
Age : 29
Personnage(s) : Moi \o/
Métier(s) : Flûtiste, courtisane
Obsession(s) : Jamais pendant le travail.
Date d'inscription : 12/05/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Sam 16 Juin - 0:32

Citation :


L'histoire de la gardienne du Moulin, par un barde anonyme


Et c'est ainsi qu'Amine, devenue gardienne du temple Xélor par la force du destin, réussit à stopper la grande aiguille de l'horloge du temple et à repousser l'invasion de larves avant qu'elles ne fassent plus de dégâts...

Hein ? Mais vous êtes qui vous ? Quoi ? Vous venez pour l'histoire d'Amine la gardienne du temple Xélor ? Mais… Vous êtes en retard, je viens de la terminer là… C'est embêtant, il faudra revenir demain ! Quoi, vous avez pas que ça à faire d'attendre ? Nan mais c'est la meilleure ça ! Hum… bon d'accord, je veux bien recommencer pour vous… C'est si "gentiment" demandé…

Bien, au commencement de cette histoire, il y avait Xélor, le dieu du temps, vous allez me dire, c'est normal, sans lui on ne parlerait pas de son temple. Son temple, justement, a été érigé dans un but bien précis, celui d'y abriter l'horloge divine. Cette horloge règle l'heure du monde entier, et sa mécanique et si complexe que personne ne doit en aucun cas s'en approcher, sous peine d'être figé sur place par le système interne de protection.

Mais il fut un temps où ce système automatisé n'existait pas, un temps où l'horloge divine était à la merci de toutes les agressions, un temps aussi où Amine était encore une gamine (sans jeu de mot), un temps où on pouvait encore définir sans se tromper qu'elle fut bien une demoiselle, et non pas une sorte de vieux croûton desséché et acariâtre, mais nous nous égarons.

Nous disions donc que le temple était à la merci des agressions, face à ce problème, Xélor décida de rester jour et nuit dans le temple, pour protéger l'horloge divine. Mais, comme il était dans sa nature de ne jamais perdre son temps, et comme les longues journées passées au temple lui semblaient inutiles, il décida de nommer un protecteur.

Il donnât donc rendez-vous à tous les xélors susceptibles d'être intéressés par le poste, en l'an 111, le mardi 11 novamaire, à onze heures onze minutes onze secondes et treize centièmes. Une foule importante de xélors se rassembla à la porte du temple, qui ressemble plutôt à un moulin au passage, mais bon, vu que tout le monde s'obstine à l'appeler un temple on va pas se fâcher pour si peu… Il y avait des xélors de toutes les origines, de tous métiers, mais pas de toutes les tailles, seulement de tailles naines, forcément.

Ils attendirent des mois à l'avance parfois, pour être surs d'être le premier à entrer dans le moul... temple avant les autres, car la règle était stricte : "lorsque la porte s'ouvrira, le premier à entrer gardien deviendra". Les mois et les jours passèrent, puis les semaines, les heures, les minutes, les secondes, et de plus en plus la pression était palpable chez tous les prétendants au poste. Ce fut ce moment que choisit un groupe de tofus migrateurs (une espèce en voie de disparition de nos jours, mais très répandus à l'époque), pour passer en vol plané au-dessus du moul… heu, du temple.

Tous les xélors présents levèrent la tête pour regarder ce spectacle, hormis la toute jeune Amine, onze ans, qui s'avança vers la porte du temple en souriant. A l'instant T la porte s'ouvrit, et Amine y entra sans se presser, comme on rentrerait dans un moulin… A ben tiens quand je vous disais que c'était un moulin, c'était pas vrai ?

Bref, voici comment Amine devint, à onze ans, la gardienne du temple, et quelques centaines d'année plus tard, voici comment moi, barde indépendant mais sans le sou, je me retrouve à réciter par cœur cette histoire aux personnes qui veulent bien l'écouter, enchaîné aux murs de ce moulin, enfin de ce "temple", par Amine elle-même, dans le but d'attirer des gens dans ce foutu temple. Oui, parce que depuis que le système de protection automatique de l'horloge a été inventé, il faut rentabiliser notre site, c'est pourquoi Amine c'est lancée dans diverses projets, tels qu'une petite boutique dans la devanture, que cette idée saugrenue de domestication de dopeul, et plus récemment un barde racontant l'histoire des temps anciens contre quelques piécettes.

Bien entendu si vous voulez me détacher se serait pas moi qui vous en empêcherez… Comment ? Vous avez ? Peur qu'elle vous fige sur place ? Ha oui, c'est fort probable, mais bon… Oui je comprends, je me débrouillerais sans vous.

Vous vous demandez pourquoi j'ai eu fini mon histoire sur une invasion de larves quand vous êtes arrivés ? Vous voulez l'entendre vous aussi cette histoire de larves ? Ho, et bien, c'est une très longue histoire, et je n'ai pas le temps de vous la conter, et puis cela n'a pas vraiment d'intérêt, revenez demain et apportez-moi 1111 kamas, et peut-être que je vous la dirais.

(histoire par Sin-dee Parex, si absente contactez sa fille, Vilayne... c'est le même compte joueur =p)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grizlours
Redacteur
Redacteur
avatar

Nombre de messages : 1014
Age : 36
Personnage(s) : Mister sadida 1981, Nibelungen, Vagh Alam
Métier(s) : feignasse
Obsession(s) : euh..., dormir, mais ça m'obsède pas trop
Date d'inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   Dim 24 Juin - 12:49

(bon j'ai envoyé un mp a tout le monde, mais dans le doute, des fois que j'en ai oublié un^^)

Et voilà,
Citation :

Notre grand concours de ce début de l'été prend fin, toute l'équipe du djaurnal tiens a remercier les vingt-huit participants qui ont sués sang et encre pour livrer leur texte dans les temps impartis.

Les délibérations sont actuellement en cours, afin de designer les vainqueurs.

Une grande célébration aura lieu aux quatres menhirs d'Amakna ( 4,0) ce dimanche à 17heures.

Célébration pendant laquelles seront nommé les vainqueurs!!!!!

( si vous ne pouvez pas y être et que par hasard vous êtes vainqueur, vous inquietez pas, on garde votre flûte au chaud^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://grizly.ifrance.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [deuxième concours du djaurnal] Les récits.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[deuxième concours du djaurnal] Les récits.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les récits d'Elliot
» Récits de mer...
» Ajouter une deuxième barre de recherche dans Firefox
» [Fic] Les récits de Natsu.
» Deuxième tentative :) [Refusé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Tofu Veritas :: .: Compte-rendus d'Evénements et Présentations :. :: Les Dresseurs de Claviers-
Sauter vers: